Europe Écologie Les Verts Plouzané

[Verts-Plouzané Info] Numéro 12 - Décembre 2005

mercredi 7 décembre 2005 par Archives

Comme tous les ans, les Verts de Plouzané organisent un débat public au centre culturel le 12 décembre à 20h30 au centre culturel de Plouzané. Cette année, le thème retenu est celui de l’énergie et de sa gestion. ...

Comment gérer l’énergie individuellement et collectivement ?

Le lundi 12 décembre 20h30, Débat public, Centre culturel de Plouzané, Entrée libre et gratuite

Comme tous les ans, les Verts de Plouzané organisent un débat public au centre culturel. Cette année, le thème retenu est celui de l’énergie et de sa gestion. Le prix du pétrole a fortement augmenté ; les spécialistes prévoient que le pic de production devrait arriver dans les (2 à 10) années à venir ; la consommation augmente - tous les Chinois, Indiens, Brésiliens, rêvent eux aussi d’utiliser leur voiture autant que nous. Devant ces événements, comment s’organiser ? Individuellement et collectivement ?

P. Rocuet, directeur de ENER’GENCE à Brest et J.-P. Aucher, adjoint au Maire de Lorient, char-gé de l’environnement, et P. Petton, installateur, feront part de leur expérience et répondront aux questions du public.

Développement durable et énergie

On parle beaucoup de développement durable. C’est louable. Laisser notre monde, dans un état correct pour nos enfants et petits-enfants semble équitable. Donc, on parle d’agriculture « raison-née ». De recyclage. D’économie d’énergie. Bien. Indispensable. Mais est-ce suffisant ? Savez-vous que l’on consomme le pétrole plus vite qu’il ne se fabrique naturellement ? 1 000 000 de fois plus vite (page 23). Pour être durable, il faudrait donc consommer 1 000 000 de fois moins de pétrole par jour. La Chine, le Brésil, l’Inde veulent en consommer plus... Bon, on pourrait accélérer le processus en fabriquant des biocarburants. Est-ce la solution ? Savez-vous quelle proportion de véhicules (auto-avion) on alimenterait, si toute la surface cultivable mondiale était consacrée à la production de biocarburant ? 40% . Pas une voiture sur 2 ! On ne mangerait plus, mais on pourrait circuler !

Le prix du pétrole augmente ; 60$ le baril en juin, c’est sans doute loin des prix dans 4 ou 5 ans. Certains analystes prévoient plus de 300$ le baril. Alors, aux jeunes de l’UMP qui ont pris à parti les Verts en leur disant que « les gens sont attachés à leur voiture et le resteront », pour justifier leur rejet du tramway, je réponds : faire de la politique, c’est prévoir...

Notre société dépend du pétrole pour le transport, pour le chauffage, pour l’alimentation (la fabrication d’engrais qui permet cette agriculture intensive repose essentiellement sur le pétrole). Ce ne sont pas de petits ajustements de vie qui nous attendent (prendre des douches plutôt que des bains, ne plus mettre en veille ses appareils électroménagers, etc.) mais des changements radicaux de la société. Les Verts ne sont pas des Cassandre, ils observent, analysent, déduisent, et surtout, ne font pas l’autruche !

Antoine Beugnard

Impressions de conseil municipal

Les conseils municipaux ont un ordre du jour toujours aussi chargé et sont toujours aussi peu propices aux débats. Toujours pas d’information sur les propositions des Plouzanéens et l’avancement des dossiers à Brest Métropole Océane (piscine :-), chemins piétons, entretien des routes, etc.). On se contente toujours du minimum légal : un conseil par trimestre ! On apprend par la presse que le Maire serait intéressé par le futur stade de football... Notre Maire doit avoir une belle boule de cristal pour savoir ce que pensent ses concitoyens, car il semble que ce projet n’ait pas été abordé lors de la campagne municipale, et donc que son mandat ne couvre pas ce projet. Il serait démo-cratique de consulter (au moins en conseil municipal) avant de se prononcer. Mais, il est vrai que nous avons une conception de la démo-cratie très étrange chez les Verts : on discute, on consulte, puis on se prononce...après. Enfin, la majorité municipale de droite ira-t-elle jusqu’au bout de son mandat ? C’est la question que l’on peut se poser au vu des démissions successives des élu-e-s de la liste Pagès, d’autant plus que son mandat sera prolongé d’un an. La loi prévoit, qu’en cas de démission, c’est le (la) suivant(e) sur la liste qui entre au Conseil. On attend l’arrivée d’une conseillère « introu-vable », qui dut, ainsi que son compagnon, ancien adjoint aux finances de Plouzané, quitter la région suite à des démêlés judiciaires. On pourrait ajouter à ces démissions réelles les démissions de fait d’élu-e-s qui n’ont pas assisté au moindre conseil municipal depuis plusieurs années. Ambiance, ambiance, ...

Gros dossiers métropolitains - des différences de traitement !

Nous voudrions illustrer le fonctionnement de la politique par 3 exemples concrets de projets de Brest Métropole Océane : l’extension de l’aéroport (38 Millions d’€ dont BMO et la CCI pour 12,45 Millions d’€), le tramway (245 M€) et le futur stade (50 M€).

L’extension de l’aéroport a été votée par la gauche classique et la droite d’un même élan. Seuls, les Verts ont osé faire entendre une opinion différente. Quel coût ? Pour combien d’utilisateurs ? Avec quel avenir de l’aviation de masse d’ici 30 ans ?

Le tramway donne lieu à un débat. L’argument de la droite repose sur le coût et notre « attachement à la voiture ». Mais dans 10 ans, nous serons nombreux à prendre le tramway tous les jours. Car, quel sera le coût du pétrole pour alimenter notre « amour » de la voiture ? Voilà un beau projet au service du public. Pour le plus grand nombre. Mais que de débats passionnés !

Pour le futur stade par contre, la droite brestoise n’a pas besoin de débat. Il faut des financements publics ! Quand on sait les sommes colossales privées qui circulent dans ce milieu, on est en droit de se poser des questions. Pourquoi faut-il tant de financements publics ? Est-ce un service public ?

Nous sommes surpris par le manque de concertation, les décisions rapides et la courte vue des décideurs. Où est l’intérêt du public ? Consiste-t-il seulement à faire de la croissance (économique) le plus possible ? En privilégiant le court terme sur le long terme, ou la quantité sur la qualité ?

Chez les Verts, les décisions mettent parfois un peu de temps pour être prises. Elles sont évaluées, discutées, débattues. Certains y voient du désordre. C’est de la démocratie. Il faut assumer la lenteur de l’analyse politique et des prises de décision. Maintenant, on peut préférer un chef, un « leader », qui vous montre le chemin et décide pour vous. Chez les Verts, il n’y a pas ce culte du chef, mais une volonté vraie de faire de la politique ensemble.

Drapeau breton

De très nombreuses collectivités locales (villes, conseils généraux, ...) ont choisi de faire flotter le drapeau breton aux côtés des drapeaux français et européens. Elles ont compris que l’on peut se sentir, à la fois, breton, français et européen. L’identité bretonne, longtemps bafouée et méprisée, est aujourd’hui un élément de fierté pour les habitants de la Bretagne. C’est aussi un facteur de cohésion sociale. Le Conseil municipal de notre commune serait bien inspiré de prendre cette décision symbolique qui est un moyen de mettre en évidence notre appar-tenance collective à notre région, à laquelle nous sommes attachés, que nous y soyons nés ou que nous ayons choisi d’y vivre.

En outre, depuis plus de 20 ans, figure sur la mairie de Brest, comme sur bien d’autres, la mention bilingue « Hôtel de ville » et « Ti - Kêr ». Ne pourrait-on pas en faire de même à Plouzané ?

Yann - Fañch Kerneis

Expression libre à Plouzané

Notons que 3 panneaux d’expression libre ont disparu (nouvelle piste cyclable à l’entrée de la Trinité, à l’entrée du Bourg, près de Kerallan). Leur remplacement est-il prévu ? Ou bien la mairie préfère-t-elle les panneaux publicitaires ? Plus grands, plus polluants, privés, ils sont sans doute plus intéressants ; ils rapportent...

Route de la Trinité

Circulation, vitesse, route déformée, les riverains souffrent. Alors, un effort collectif : respectons les limites de vitesse. Enfin une suggestion : déplaçons les arrêts de bus de quelques dizaines de mètres pour éviter de les avoir au même niveau et ainsi réduire les nuisances sonores.


Documents joints

Version PDF

28 juillet 2011
Document : PDF
91 ko

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 47042

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Bulletins d’information du groupe  Suivre la vie du site Archives   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License