Europe Écologie Les Verts Plouzané

Intervention au conseil municipal du 9 novembre 2015

samedi 21 novembre 2015

Vous trouverez ci-dessous les interventions du groupe des élus EELV au conseil municipal du 9 novembre 2015.

La presse locale n’en a hélas pas fait écho...

Vos élus : Michel Albrecht, Antoine Beugnard, Sylvie Drévès, Gisèle Kerdraon, Yann-Fanch Kernéis

Rapport Développement Durable de Brest Métropole

Ce rapport est l’occasion de nous présenter un état global de la métropole. C’est un travail de synthèse important, très riche de données. On peut regretter le manque d’homogénéité du document puisque certains aspects proposent une analyse d’autres sont purement factuels. De plus, il présente une vision assez comptable du développement durable. Il n’aborde pas le lien social, ou les aspects de démocratie participative important dans le développement durable.

Pour illustrer, le traitement et la récupération des déchets apparaissent essentiellement comme des centres de coûts. Pourtant quelques éléments font apparaitre des conséquences pour l’emploi et le recyclage d’objets, hélas sans donner de chiffres.

Enfin ce rapport de développement durable est à quelques semaines de la COP21 l’occasion de rappeler l’impériale nécessité d’agir. Les changements climatiques à venir vont bouleverser nos conditions de vie. Les limites des ressources minières et fossiles vont aussi, qu’on le veuille ou non, nous obliger à nous adapter. Aussi, dans un soucis de cohérence nous voulons rappeler notre opposition et notre incompréhension face aux grands projets, non seulement inutiles, mais pire, nuisibles que sont la centrale à gaz de Landivisiau et l’aéroport de Notre-Dame-Des-Landes.

  • Le collectif GASPARE (non à la centrale)
  • Le collectif d’élu-e-s doutant de la pertinence de l’aéroport (Cédpa)

Rapport sur l’eau

Concernant le prix de l’eau, Le Conseil de Métropole a voté le 13 octobre dernier en faveur de la mise en place d’un dispositif d’aide au paiement des factures d’eau pour un montant net de 135 000 €, pour les plus démunis, bénéficiant du Fonds de Solidarité Logement (FSL). C’est une première étape que nous approuvons. Il a été également été convenu de mettre en place un groupe de travail qui sera chargé de faire de nouvelles propositions. Nous souhaitons que le travail de ce groupe débouche rapidement sur une véritable tarification progressive de l’eau, de façon à sensibiliser le public à la préservation de la ressource. Cette tarification devra permettre, comme à Rennes à l’initiative des élus écologistes, de distinguer plusieurs niveaux de consommation : l’eau vitale (les premiers m3 à prix très bas ou gratuits), l’eau utile et l’eau de confort (pour les piscines, par exemple). Un chèque eau pour les familles nombreuses a aussi été mis en place.Cet exemple est d’autant plus intéressant que l’eau est aussi gérée à Rennes dans le cadre d’une SPL. En outre, l’installation de compteurs dans les immeubles collectifs permettrait aussi de mieux responsabiliser les usagers à leur consommation

Concernant la qualité de l’eau, nous tenons ici à faire part de notre stupéfaction et de notre inquiétude suite au courrier, en date du 28 septembre dernier, signé par les présidents des quatre chambres d’agriculture de Bretagne et adressé à toutes les exploitations agricoles de la région, leur demandant de ne pas complèter la déclaration des flux d’azote, pourtant rendue obligatoire par l’arrêté préfectoral du 14 mars 2014. Cette disposition entre pourtant dans le cadre des mesures de protection de l’eau. Elle a un double objectif : connaître les quantités d’azote qui circulent sur le territoire régional, et éviter toute augmentation des quantités épandues pour ne pas risquer de dégrader la qualité des eaux. Elle constitue une contrepartie de la suppression, en 2014, de l’interdiction d’extension des élevages industriels dans les cantons en situation d’excédents d’azote.

Cette démarche est irresponsable de la part de chambres d’agriculture, établissements publics financés par l’impôt ! C’est d’ailleurs aussi la position de la Confédération Paysanne qui condamne ce boycott. Pourrait-on imaginer, par exemple, que des présidents de chambres de commerce ou de chambres de métiers demandent à leurs adhérents de ne pas déposer leur déclaration de TVA ou leurs déclarations URSSAF ?

De son côté, l’association Eau & Rivières de Bretagne a immédiatement saisi les ministères de l’écologie et de l’agriculture, le Conseil Régional de Bretagne, ainsi que les préfets bretons, pour qu’ils s’assurent que la règlementation adoptée en 2014 soit appliquée. Et c’est, bien sûr, ce que nous demandons aussi.

Il faut aussi parler de nouvelles formes de pollution qui touchent le barrage du Drennec avec la prolifération de cyanobactéries qui rendent l’eau impropre à la consommation.

Voila quelques réflexions concernant l’eau


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 39474

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le coin des élus.   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License