Europe Écologie Les Verts Plouzané

Intervention sur le Schéma Régional Climat, Air, Energie

mercredi 10 avril 2013 par Antoine

Lors du Conseil Municipal du 11 février 2013, le groupe des élus EELV a donné sa position concernant le Schéma Régional Climat, Air, Energie. Comme suite naturelle à ces arguments, le groupe s’est abstenu et n’a pas donné d’avis favorable, contrairement à l’autre gauche, qui, avec des arguments proches, à voter favorablement...

"En premier lieu, nous saluons l’initiative de présenter ce Schéma Régional Climat Air Energie par souci de transparence, alors que légalement rien n’oblige à soumettre ce premier document à nos débats. Notons que chaque Breton est également invité à donner son avis.

Globalement, ce document nous laisse insatisfaits comme les élus de notre formation ont pu le dire lors de la session du conseil régional où il a été initialement présenté. Il manque de précision, de cohérence et ... de souffle. Je reprendrai ici les points les plus saillants de ces critiques.

Ce projet doit traduire la politique régionale et donc les engagement dits "facteur 4" définis par la loi Grenelle et qui nous obligent à diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre de la France à l’horizon 2050.

Pour atteindre ces objectifs, il ne suffira pas de prolonger les tendances actuelles ; il faudra faire preuve de volontarisme, ce que ce document ne montre pas.

J’en veux pour illustration deux exemples :

Dans le décret, il est demandé que soient définis des objectifs quantitatifs de développement de la production d’énergie renouvelable, à l’échelle de la région et par zones infra-régionales favorables à ce développement ; il n’y en a pas, ce qui ne peut être satisfaisant.

Deuxième exemple ; Une des difficultés à atteindre le facteur 4 est justifié dans le document par le poids de l’agriculture bretonne dans le volume de nos émissions. Emissions sur lequel il serait plus difficile d’agir. Vu le poids de la Bretagne dans l’agriculture française, si nous renonçons à infléchir les émissions de notre agriculture, le facteur 4 ne sera pas non plus respecté à l’échelle nationale. Nous avons donc là une forte responsabilité.

Alors qu’elle émet 40% des émissions de GES, dont 90% sont d’origine non énergétiques, dues aux élevages et aux intrants, les objectifs fixés pour le secteur agricole sont nettement insuffisants. Avec une réduction de 36% des GES en 2050 c’est le secteur auquel il est demandé le moins d’effort alors qu’il est le premier émetteur. Il serait temps de réfléchir à un autre modèle agricole breton, ralentir le tout élevage, favoriser la culture à destination de l’alimentation humaine et sensibiliser le consommateur de 7 à 77 ans.

Enfin, je souhaite rappeler l’importance de la mise en cohérence de nos politiques publiques en citant deux autres exemples.

Le premier est le projet de centrale combinée gaz (Landivisiau) qui est à peine évoqué. Etant en totale contradiction avec les objectifs de lutte contre les Gaz à Effet de Serre, il n’est pas étonnant de ne pas la voir prise en compte dans les chiffres de la production, ou dans le calcul des émissions de GES, ce qui doit être corrigé (2000 T de CO2 par jour, ne sont pas vraiment négligeables soit 3 à 4% des émissions de GES annuel). Le "scénario énergétique alternatif breton", proposé par le collectif GASPARE, nous semble plus ambitieux.

En second, nous ne sommes pas convaincu que la position de la région en faveur de la construction d’un nouvel aéroport à Notre Dames des Landes soit en cohérence avec les objectifs du SRCAE, qui évoque seulement en quelques lignes le problème des aéroports. On pourrait se demander pourquoi ?

Les sommes mobilisées pour l’aéroport et de la centrale gaz auraient pu être utilisées pour réduire fortement la consommation électrique de l’habitat et améliorer sa performance énergétique, rendant ainsi inutile la centrale en supprimant le pic de consommation qui la justifie. Ceci réduirait l’émission de GES, tout en luttant contre la précarité énergétique. Voilà une orientation qui aurait du sens, voilà une interprétation efficace du développement durable que nous attendons.

Bref, ce document est un intéressant point de départ, mais pouvant être grandement améliorer, tant en précision, qu’en mise en cohérence des politiques publiques. Aussi nous abstiendrions nous pour cet avis. Mais, nous espérons que notre groupe pourra voter positivement à la région mi-juin, une fois les améliorations effectuées et les enjeux et leurs conséquences enfin vraiment assimilés."


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 41905

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le coin des élus.   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License